Accueil » Centre de loisirs, Revue de presse

Sud Ouest – 30 octobre 2013 – Les jeunes en situation de handicap

30 octobre 2013 1 281 views Aucun commentaire

L’article original ici

Dorian, guidé par Eliot, a frôlé certains obstacles. (Photo M.-J. V.)

Le temps d’un atelier animé par Françoise Andrieux, coordinatrice de l’association Parenthèse, les enfants du centre de loisirs Accolade ont pu, jeudi dernier, découvrir et ressentir les difficultés dues à un handicap, quelle que soit sa forme.

« L’idée est de faire parler les enfants, pour qu’ils comprennent ce que la différence entraîne et sachent comment on fait, pour jouer avec un copain handicapé ».

La lecture du livre « Pourquoi je suis différente », de Jen Green, a servi de point de départ et permis à Françoise Andrieux d’aborder les handicaps moteur, visuel, auditif, mental ; de préciser qu’ils peuvent être de naissance ou accidentel, de montrer qu’ils n’empêchent pas d’avoir des responsabilités et naturellement d’échanger avec le groupe.

Peur et incompréhension

Lorsqu’un alphabet braille circule, chacun instinctivement ferme les yeux avant de toucher le relief des points. Mathis précise que chez lui « on a un livre en braille et on a écrit nos prénoms ».

Comment font les sourds pour parler ? « Il faut faire des gestes », dit Enzo. Agathe parle « du langage des signes ». « Si on est aveugle, on entend plus », ajoute Mathis. « Oui, quand on a un sens déficient, on en développe d’autres qui compensent celui qui manque », confirme l’animatrice qui questionne encore : « Est-ce que ça vous arrive de regarder bizarrement un handicapé ? ».

Parce qu’on ne comprend pas forcément, ça fait un peu peur quand on ne connaît pas la personne.

La confiance

Vient alors le temps des exercices pratiques avec un parcours à l’aveugle testé en groupe de deux : l’un, avec les yeux bandés, guidé par l’autre, devait éviter les obstacles. Ceux qui étaient en situation d’aveugles ont reconnu que ce n’était pas facile, que parfois ils avaient eu peur, ne sachant pas où leurs copains les emmenaient.

« D’où l’importance de la confiance dans l’autre et de la bienveillance à avoir envers celui qui est handicapé, il a besoin d’une concentration plus grande ce qui entraîne plus rapidement de la fatigue », a encore ajouté Françoise Andrieux avant de poursuivre avec des jeux auditifs.

Parenthèse
L’association Parenthèse a pour but de répondre aux besoins d’accueil et d’accompagnement des personnes en situation de handicap et au besoin de soutien des familles, en développant tout moyen pour favoriser la mixité sociale.

Pour tout renseignement : 05 45 32 11 25 ou 0786 83 31 16.

Partagez !

Laissez votre message !

Rédigez votre message ci-dessous ou créez un rétrolien depuis votre propre site web. Vous pouvez aussi suivre les réponses via le flux RSS.

Show Buttons
Hide Buttons
Merci à WordPress et à Michael Jubel | Connexion | Billets (RSS) | Commentaires (RSS) | Thème Arthemia traduit de l'anglais par Aurélien Paulus -->